La découverte de groupes isolés confirme, vingt ans après, le bien-fondé de la reconnaissance du territoire yanomami

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Survival International a diffusé de nouvelles photos d’un village d’Indiens yanomami isolés, vingt ans après la création du plus grand territoire forestier indigène au monde, aboutissement d’une campagne de très grande envergure.

Le chamane et leader yanomami Davi Kopenawa, la Commission Pro Yanomami du Brésil et Survival ont joué un rôle essentiel dans cette victoire territoriale.

Ces nouvelles photos mettent en évidence à quel point la protection du territoire yanomami a été importante contre les orpailleurs qui ont ravagé ce peuple dans les années 1980.

Le ‘Parc yanomami’ est l’heureux aboutissement de l’une des nombreuses campagnes menées par Survival International. Dans une nouvelle section de notre site internet, on pourra constater que le temps où des peuples entiers pouvaient être décimés dans l’ignorance totale est bien révolu.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Les membres de Survival peuvent s’enorgueillir du succès que ces photos représentent et auquel ils ont tous concouru. Il est certain que de nombreux peuples indigènes, y compris les Yanomami isolés, sont toujours menacés par l’occupation illégale de leur terre, c’est pourquoi nous ne pouvons nous permettre d’abandonner ce combat. Le simple fait qu’il existe encore des Yanomami vivant dans l’isolement prouve qu’à force de persévérance nos campagnes évoluent vers une issue favorable. C’est le début de nombreuses autres victoires’.

Les Yanomami ont souffert pendant des années de l’invasion des orpailleurs. La violence et les maladies ont fait chuter la population de 20% en l’espace de sept ans.

Le gouvernement brésilien a annoncé sa décision de délimiter le territoire yanomami en novembre 1991. Celui-ci a été légalisé par décret présidentiel l’année suivante.

Ces nouvelles photos, prises par les Yanomami de l’association Hutukara, montrent que des communautés isolées continuent de vivre en paix, dans des malocas traditionnelles au cœur du territoire.

Mais si la reconnaissance de leurs droits territoriaux a considérablement amélioré leurs conditions de vie, ils sont toujours confrontés à des menaces réelles. Les campements des orpailleurs illégaux sont installés à 15 kilomètres à peine des Yanomami isolés.

L’orpaillage clandestin en territoire yanomami introduit des maladies telles que le paludisme et pollue les rivières et la forêt avec le mercure utilisé pour amalgamer l’or.

Au moins 800 membres des forces militaires et policières brésiliennes ont été dépêchés dans le cadre d’une mission visant à expulser les orpailleurs clandestins. Une trentaine d’entre eux ont été expulsés à ce jour.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>